Portail officiel de la fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Wallonie-Bruxelles Musiques accompagne les artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles par-delà nos frontières
© Michel Vanden Eeckhoudt

Focus

Wallonie-Bruxelles Musiques accompagne les artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles par-delà nos frontières

Stromae, Puggy, Mélanie de Biaso ne sont que trois des noms les plus connus made in FWB qui ont un jour bénéficié de l’aide de Wallonie-Bruxelles Musiques pour se faire connaître à l’étranger.

Wallonie-Bruxelles Musiques (WBM) est une agence créée afin d’aider les artistes, producteurs et éditeurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles à s'exporter et à s'insérer dans les secteurs de l'industrie créative musicale au niveau international, peut-on lire sur la page Facebook de WBM. Rencontre avec Patrick Printz, son directeur.

En quoi consiste l'aide que vous apportez aux artistes de Bruxelles et de Wallonie ?

Nous sommes présents sur 5 marchés de la musique à l'étranger (WOMEX, Babel Med, Jazzahead, …). Ces marchés sont réservés aux professionnels de la musique et, pour chacun d'eux, une sélection d'artistes belges a la possibilité de s'y produire et de se faire repérer par un label, un producteur ou un manager étranger. En plus des marchés, nous avons également des accords avec différents festivals à effets multiplicateurs en Europe et en Francophonie. Nous développons aussi différents programmes d'aide : aide à la mobilité pour des représentations à l'étranger (paiement du trajet, …), aide à la promotion de productions musicales ou encore aide dans le cadre d'une tournée. Ces programmes concernent bien sûr les différents genres musicaux. 

Et en Belgique, leur apportez-vous également une forme d'aide ?

A l'occasion de différents événements (Nuits Botanique, Francofolies de Spa, Festival de Dour et Gaume Jazz Festival, …), nous invitons des professionnels étrangers à venir assister aux représentations et à découvrir nos artistes belges, dans l'espoir d'une éventuelle collaboration. Au travers de rencontres et de coaching que nous mettons en place, le but est double : il s'agit pour les artistes belges de développer leur réseau international et leur carnet d'adresses et pour les professionnels de voir les artistes en "live".

Avez-vous soutenu des artistes qui ont acquis une certaine renommée à l'étranger ?

Stromae, par exemple, n'a presque pas eu besoin d'aide, excepté pour un premier concert en Allemagne et pour une représentation au Canada. Le groupe Puggy, quant à lui, a été soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles à ses débuts. Le développement international de Mélanie de Biasio est également issu d'un soutien de WBM. En 2014, 50 artistes belges parmi les plus récents ont assuré 1.057 concerts à l'étranger, toutes disciplines confondues (pop, rock, jazz, classique, musique du monde).

Outre les concerts, y a-t-il d'autres possibilités pour se faire connaître en tant qu'artiste ?

Il existe une plateforme, Francophonie Diffusion, sur laquelle les producteurs et artistes peuvent mettre des titres à disposition. Plus de 700 radios du monde entier y sont abonnées et peuvent ainsi découvrir et diffuser sur leurs ondes les titres d'artistes étrangers, dont nos artistes belges. Sur cette même plateforme, existe également un 2e volet pour les producteurs de films, séries et publicités. Plusieurs chansons du groupe Puggy ont, par exemple, déjà été choisies comme bandes originales de films ou comme musiques de publicités. Ce genre de collaboration est un revenu très intéressant pour les artistes. De même que le merchandising. On n'imagine pas à quel point la vente de disques juste après un concert peut être considérable. Certains artistes en Belgique ont vu jusqu'à 20% de leur public acheter un CD après leur show !

Internet et les médias sociaux sont-ils efficaces pour se faire connaître à l'étranger ?

Les nouveaux médias sont assurément une opportunité pour mieux faire connaître la création d'un artiste (son et image) au niveau international. Avec des limites cependant. Pour vous donner un chiffre éloquent : sur Spotify (plateforme de diffusion de musique en streaming), plus de 4 millions de titres n'ont même jamais été écoutés une seule fois, et ce, sur les 20 millions de titres que compte le site. Car même via les médias sociaux ou internet, un effort de promotion et de marketing constant est nécessaire pour faire connaître un artiste, tant la concurrence est rude au niveau international.

 

Wallonie-Bruxelles Musiques en chiffres, c’est :

  • Une présence sur 5 marchés de la musique à l’étranger ;
  • 1057 concerts à l’étranger en 2014, tous styles musicaux confondus, assurés par 50 artistes belges.

Pour plus d'informations : ZOOM : La valeur du marché de la musique en Belgique (FOCUS 2014 - Faits et Tendances, pp 82-84) (.pdf)

Tous les articles